top of page

La culture du viol  Rape Culture
at Sainte-Anne

Depuis des années, une culture du viol a perduré à l’Université Sainte-Anne, notre petite université située au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. (Culture du viol, n. f : Ensemble de comportements qui banalisent, excusent et justifient les agressions sexuelles, ou les transforment en plaisanteries et divertissements. [ONU femmes].) Cette culture du viol signifie que le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles et les viols sur le campus ont été banalisés, tolérés et acceptés. (Mise à jour: le 1er novembre, APPBUSA, le syndicat des professeur.e.s et bibliothécaires, a reconnu la culture du viol à Sainte-Anne.) Au fil des ans, les étudiantes victimes de cette culture du viol, constamment ignorées et privées d’écoute, ont eu du mal à terminer leurs études, ont transféré vers d’autres institutions ou ont abandonné leurs études. Les vignettes présentées sur ce site Web donnent enfin une voix publique à quelques-unes des nombreuses victimes de cette culture du viol à Sainte-Anne. Avec votre soutien, nous espérons endiguer cette culture du viol et y mettre un terme une fois pour toutes. Plus bas, nous présentons nos recommandations à l’administration de l’université, pour qu’elle respecte son engagement envers ses étudiantes et étudiants qu’elle a à sa charge et qu’elle contribue à enrayer et à changer la culture du viol.

For years now, there has been a persistent rape culture at Université Sainte-Anne, our small university, with its main campus in southwest Nova Scotia. (Rape culture, n. a society or environment whose prevailing social attitudes have the effect of normalizing or trivializing sexual harassment, sexual assault and abuse, and/or rape.) This rape culture means that sexual harassment, sexual assault, and rape on campus have been minimized, tolerated, and accepted. (Update: the faculty union, on Nov. 1, 2023, formally recognized that there is a rape culture at Sainte-Anne.) Over the years, students victimized by this rape culture, repeatedly ignored and unheard, have struggled to finish their studies, transferred schools, or dropped out. The vignettes on this website give voice to just some of the many victims of rape culture at Sainte-Anne. We want to change and end this rape culture, with your help. Our recommendations to the university administration, to uphold their duty of care and to help curb and change the rape culture, are here:

  • Prévoir un meilleur éclairage extérieur sur l’ensemble du campus

  • Offrir un soutien adéquat en tenant compte des traumatismes aux étudiants et étudiantes : service de conseil d’urgence sur place, soutien psychologique sur place et disponible, accommodements universitaires pour les victimes d’agressions sexuelles

  • Désigner un bureau (une personne) pour traiter des plaintes en matière de harcèlement et d’agression sexuelle

  • Retenir les services de consultants à l’externe afin d’examiner et revoir les procédures des audiences relatives aux agressions sexuelles, qui doit tenir compte des traumatismes

  • Au besoin, faire appel, via un lien internet s’il le faut, à des professionnels qualifiés et sensibles aux traumatisme dans le processus de traitement des plaintes pour agressions sexuelles

· more outside lights throughout the campus

 

· proper, trauma-informed support for                students: an on-site counsellor; an                     available psychologist; academic                       accommodations for sexual-assault victims

 

· an office (a person) dedicated to sexual-           assault complaints

 

· an outside consultant reviews and revises       the sexual-assaults hearing process, which     must be trauma-informed

 

· the inclusion of qualified, trauma-informed     professionals in the sexual-assaults                   hearing process, from elsewhere and via         weblink if necessary

SA Change Now Petition

Thanks for submitting!

Plus que 800 signatures! More than 800 signatures!

Merci beaucoup! Thank you!

Que font les autres petites universités canadiennes pour prévenir, affronter et combattre la violence sexuelle sur le campus ? Bien plus que l’Université Sainte-Anne. 

 

L'Université de Saint-Boniface utilise l’outil de signalement en ligne REES (Respect, Educate, Empower Survivors) qu’elle a adapté en français : https://ustboniface.reessecure.com/fr

 

L’université de King’s College a un agent de santé et de sécurité sexuelle : https://ukings.ca/campus-community/student-services/campus-safety/sexualized-violence/

 

L’université Acadia dispose d’une coordonnatrice des interventions et de l’éducation en matière de violence sexuelle : https://www2.acadiau.ca/sexualized-violence.html

 

L’université Laurentienne y a consacré une page web entière où elle décrit sa politique, les droits des survivant.e.s, les mesures à prendre par les victimes, les services de soutien, et publie ses rapports annuels sur ses actions de prévention et d’interventions en matière de violence sexuelle, et bien d’autres choses encore : https://laurentienne.ca/politiques/prevention-de-la-violence-et-intervention

What are other small universities in Canada doing to prevent and address and confront sexual violence on campus? A lot more.
 

Université de Saint-Boniface uses the REES (Respect, Educate, Empower Survivors) online reporting tool: https://ustboniface.reessecure.com/fr

University of Kings College has a Sexual Health and Safety Officer: https://ukings.ca/campus-community/student-services/campus-safety/sexualized-violence/

Acadia University has a Sexualized Violence Response and Education Coordinator: https://www2.acadiau.ca/sexualized-violence.html

Laurentian University has a webpage detailing its policy, survivors rights, steps for victims to take, support services, annual reports on the response to and prevention of sexual violence, and more: https://laurentienne.ca/politiques/prevention-de-la-violence-et-intervention

53

De 2015 à 2019 (alors que l'Université ne comptait en moyenne que 349 étudiants à temps plein par an), il y a eu au moins 53 agressions sexuelles soit sur le campus de l'Université Sainte-Anne, soit impliquant des étudiants de l'Université.

 

From 2015-19 (when there was an average of just 349 full-time students annually), there were at least 53 sexual assaults on campus at Sainte-Anne or involving Sainte-Anne students. 

0

Il n'y a pas de conseiller sur place au campus à Pointe-de-l'Église. Il n'y a pas de psychologue. Il n'y a pas de bureau traitant du harcèlement sexuel ou de la violence sexuelle.

There is no on-site counsellor at the main campus, in Church Point. There is no on-site psychologist. There is no office or person dedicated to sexual-assault complaints.

17

De 2018 à la fin de 2019, un seul et même étudiant a violé au moins 17 étudiantes.  L'étudiant n'a même pas été puni. La population étudiante n'a jamais été informée de la présence d'un violeur en série sur le campus.

From 2018 to the end of 2019, a single perpetrator sexually assaulted at least 17 students; he went unpunished. The student population was never informed there was a serial rapist on campus.

bottom of page